Pelade et CMV

L'hypothèse d'un cofacteur infectieux dans la pelade, en particulier viral, est assez plausible bien que rien ne permette actuellement d'en apporter la preuve. Dans une lettre au "JAMA", RB. Skinner avait suggéré l'intervention du cytomégalovirus.


Il avait pu mettre en évidence le CMV (*) par PCR dans 9 biopsies de cuir chevelu peladique sur 10 (1)). La reprise de ces travaux ne permet pas de les confirmer.

L'utilisation d'une sonde in situ dans 14 cas de pelade ne retrouve aucune positivité pour l'ADN de CMV alors que la technique employée permet en principe de déceler une copie unique. Les faux positifs sont fréquents avec la technique de PCR et les prélèvements cutanés peuvent être contaminés par l'ADN de CMV venant du sang du patient ou bien lors des manipulations au laboratoire.


(1) Skinner RB et al. Alopecia areata and the presence of cytomegalovirus DNA. JAMA 1995 ; 273 : 1419-1420.

(2*) TOSTI A. No corrrelation between cytomegalovirus and alopecia areata. J. Invest. Dermatol. 1996 ; 107 : 443