Pili torti

Pili torti dans la maladie de Menkes : un défaut des ponts disulfurés ?

La maladie de Menkes, transmise en dominance liée à l'X, est caractérisée par des troubles cérébraux progressifs conduisant à la mort vers l'âge de trois ans et une dystrophie pilaire (pili torti). L'anomalie primitive serait une malabsorption intestinale du cuivre. Les taux de cuivre et de céruléoplasmine dans le sang sont abaissés, la distribution tissulaire de ce métal est anormale, et de nombreuses enzymes contenant du cuivre sont fonctionnellement déficientes. Cependant le mécanisme de la dystrophie pilaire est mal compris.

YAMADA et coll. ont étudié les cheveux d'un nourrisson atteint de maladie de Menkes, et observé les effets de la supplémentation en cuivre sur sa chevelure. Les cheveux étaient bruns foncés, épais et grossiers. En microscopie électronique, ils apparaissaient entortillés en spirales irrégulières. Leur contenu en cuivre était anormalement bas. Le marquage des ponts disulfures par la DCAM était moins prononcé que chez les contrôles. Ce défaut pourrait résulter d'une perturbation de l'activité de la sulfhydryl-oxydase, enzyme formant des ponts disulfures et contenant deux atomes de cuivre, dans la racine du poil.

Malheureusement l'activité de l'enzyme n'a pu être mesurée que dans l'épiderme, où elle semblait normale.

Inactif par voie orale et très mal toléré par les veines, le cuivre a finalement été administré en suppositoires. La quasi normalisation de la céruléoplasmine et de la cuprémie s'est accompagnée d'une disparition des convulsions (sans amélioration du retard de croissance) et d'un certain brunissement des cheveux. Toutefois, après 6 mois de supplémentation, l'aspect de pili torti était toujours présent.


(1)YAMADA Y. Menkes'kinky hair disease : report of a case and distribution of sulfhydryl residues and disulfide bonds in kinky hair.

(2) J Eur Acad Dermatol Venereol 1996 ; 6 : 240-245