Finastéride dans l'alopécie androgénétique masculine

L'intérêt du Finastéride dans l'alopécie androgénétique masculine L'alopécie androgénétique (AAG) masculine est due à une miniaturisation androgénodépendante des follicules pileux du scalp Hamilton avait déjà constaté, que les malades atteints d'hydrogonadisme ne sont pas chauves. Si la dihydrotestostérone (DHT), facteur déclenchant de l'AAG, est diminuée, il est possible de traiter l'alopécie masculine.

Il existe deux types de 5 alpha-réductase (enzyme de conversion de la testostérone en DHT). Le type II localisé aux follicules du scalp et le type I localisé aux glandes sébacées.

Afin de déterminer l'efficacité du finastéride dans l'alopécie masculine, une étude standardisée en double aveugle a été conduite sur 1 879 hommes ayant une AAG. Les résultats obtenus ont montré, qu'après 12 mois de traitement et à la dose de 1 mg/jour de Finastéride per os, une augmentation des cheveux au comptage et une amélioration du pouvoir couvrant aussi bien sur la ligne frontale que sur le vertex visible sur les photographies.

Au terme de 24 mois de traitement, l'auto-évaluation du patient (à travers un questionnaire) ainsi que l'évaluation du comptage des cheveux (sur des agrandissements de photos de l'ensemble de la chevelure), ont permis d'objectiver une augmentation de la repousse capillaire dans 66% des cas, contre 7% dans l'étude placebo. Cette nette amélioration se voit aussi bien sur la ligne frontale que sur le vertex.

L'augmentation du nombre de cheveux par rapport au placebo était constante : une différence positive de 107 cheveux à 1 an (p<0.001) et de 138 cheveux à 2 ans, dans un cercle de 5,1 cm² de diamètre.

Par contre sous placebo, la chute progressive des cheveux a persisté. Chez l'homme, ce traitement doit être prescrit à vie si l'on désire maintenir les effets positifs obtenus par le finastéride.

Les effets secondaires du finastéride sont minimes et considérés comme étant peut-être dus, probablement ou sûrement liés au médicament-1,4% des malades traités par finastéride ont interrompu le traitement à cause des effets secondaires contre 1,6% sous placebo.

Ceux-ci incluent une diminution de la libido (1,9%), une dysfonction érectile (1,4%) et une réelle diminution du volume de l'éjaculat (2,8%). Tous ces effets secondaires disparaissent spontanément chez tous les patients après l'arrêt du traitement.

Ce médicament est absolument contre-indiqué chez la femme enceinte à cause de son effet tératogénique potentiel, de pouvoir altérer la virilisation du foetus mâle.

De plus, la prescription de finastéride, dans un essai clinique, pendant un an chez la femme ménopausée atteinte d'alopécie androgénétique, n'a pas montré d'efficacité.


(*) Kaufman K.D. et al. Le Finastéride dans le traitement de l'alopécie androgénétique masculine. J. Am. Acad. Dermatol. 1998 ; 39:578-589.