Traitements médicaux des alopécies androgénétiques

A l'heure actuelle, il n'existe pas d'autres traitements efficaces de l'alopécie androgénétique ayant l'AMM que le minoxidil (solution à 2 % et à 5 %) et le finastéride (1 mg per os).

En 1998, le Dutastéride inhibiteur de la 5 alpha-réductase de type I et II est toujours en expérimentation. Cette molécule inhibe plus de 90 % du taux sérique de la DHT par voie orale. Elle pourrait de ce fait être très efficace sur la repousse des cheveux.

Le Dutastéride est comparable au finastéride. Les deux molécules sont des azastéroïdes inhibiteurs de la 5 alpha-réductase. Néanmoins le finastéride est un inhibiteur spécifique de la 5 alpha-réductase I tandis que le Dutastéride inhibe les 2 isoenzymes.

Au vu de la distribution des isoenzymes 1 et 2 de la 5 alpha-réductase au niveau de la peau, du cuir chevelu et de la prostate, le double inhibiteur devrait être plus adapté au traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate et de l'alopécie androgénétique masculine.

A propos du finastéride, Kaufman a réalisé une étude multicentrique randomisée en double-aveugle chez des patients ayant une alopécie androgénétique masculine (AAGM) pour évaluer l'efficacité et la tolérance du finastéride 1 mg per os contre placebo pendant 5 ans. 1553 hommes de 18 à 41 ans, avec AAG Hamilton II vertex à V ont été randomisés pour recevoir soit du finastéride 1 mg per os soit du placebo pendant la 1ère année.

Puis 1215 hommes de ceux-là ont continué l'étude pendant 4 ans supplémentaires, répartis en 4 groupes respectivement avec : finastéride/finastéride, finastéride/placebo, placebo/finastéride et placebo/placebo respectivement.
Les résultats de l'étude ont montré une nette amélioration du comptage de cheveux (277 cheveux/cm²) chez 65 % des patients du groupe finastéride par rapport au groupe placebo qui lui, n'a pas montré d'amélioration. De plus, 90 % des patients traités par finastéride n'ont pas eu de chute de cheveux visible par rapport à 25 % seulement des patients sous placebo pendant 5 ans.

Par contre 75 % des patients sous placebo ont eu une poursuite de leur chute de cheveux contre 10 % des patients sous finastéride pendant la même période. L'analyse des résultats à long terme a montré l'efficacité du finastéride par rapport au placebo chez des hommes atteints d'AAG. Il faut souligner que cet effet positif augmente avec la durée du traitement du fait de l'augmentation progressive de l'efficacité du traitement par finastéride versus placebo.
Par ailleurs, les effets secondaires tels la légère diminution de la libido et du volume de l'éjaculat ainsi qu'un léger dysfonctionnement érectile chez moins de 2 % des patients sous finastéride ont tous été réversibles dès l'arrêt du traitement.

L'auteur a conclu qu'un traitement à long terme par finastéride 1 mg per os sur 5 ans est bien toléré, sans effets secondaires notables, et qu'il produit une amélioration significative et durable de la repousse de cheveux avec un arrêt de la progression de la chute de cheveux qui se serait poursuivie sans traitement.

Stough et Coll. ont rapporté les résultats d'une étude monocentrique randomisée en double-aveugle contre placebo chez neuf paires de jumeaux monozygotes de sexe masculin. Les auteurs ont évalué l'efficacité du finastéride 1 mg/j contre placebo pendant 12 mois sur l'alopécie androgénétique de jumeaux masculins monozygotes âgés de 20 à 45 ans ayant une AAG de stade II vertex à V selon Hamilton.

L'un des jumeaux de chaque paire recevait du finastéride 1 mg/j alors que l'autre était sous placebo pendant un an. Les résultats de cette étude ont montré que 100 % des patients sous finastéride ont eu une nette augmentation du comptage de cheveux (D = 16 cheveux/cm²) contre 44 % des patients sous placebo ont une baisse (D = 4 cheveux/cm²) par rapport au compte initial qui était de 163 ± 69 cheveux/cm² chez les 2 groupes.

Le groupe finastéride a montré une diminution significative du taux de DHT après 12 mois de traitement par rapport au groupe placebo où le taux de DHT initial est demeuré inchangé. Le finastéride a été bien toléré par tous les patients sous traitement.
Cette étude princeps a permis d'évaluer avant et après traitement les effets du finastéride chez des hommes ayant une AAGM en observant les modifications phénotypiques chez des jumeaux génotypiquement identiques. De plus, elle suggère que les facteurs génétiques prédominent dans l'expression de l'AAGM en constatant néanmoins que les facteurs environnementaux peuvent jouer un rôle mineur.

Cette étude conclut que le finastéride utilisé chez des jumeaux masculins monozygotes a montré une nette amélioration du compte de cheveux et des photographies globales ainsi qu'une meilleure satisfaction des jumeaux à propos de l'aspect de leur chevelure.