A propos de la pelade

Cette affection alopéciante brille par la méconnaissance de sa physiopathologie et une démarche thérapeutique très complexe.

Certes le mécanisme immunologique à type d'auto-immunité et de lymphocyto-toxicité est actuellement bien établi.

Les traitements à discuter sont essentiellement :

  • D'abord et avant tout, la puvathérapie, à raison de trois fois par semaine, avec des doses supérieures à 8 joules/cm² qui seront diminuées progressivement après apparition de la repousse. Selon le type de pelade, 30 à 70 % de bons résultats peuvent être espérés.
  • L'association de l'anthraline à 0,5 % avec du minoxidil à 5 % peut être appliquée deux fois par jour pendant six à neuf mois. Ce traitement est susceptible d'entraîner une repousse cosmétiquement valable chez environ les 2/3 des pelades modérées et 1/3 des pelades sévères.
  • La ciclosporine, utilisée localement en solution huileuse plutôt qu'en gel à raison de 0,5 ml de solution à 10 %, a une réelle efficacité. L'étude contre placebo signalée par De Prost a montré une repousse de cheveux terminaux chez environ 17 % des patients atteints de pelade sévère et aucune repousse dans le groupe placebo. La tolérance semble satisfaisante.(*) 

Bouhanna P. Quoi de neuf dans le traitement du cuir chevelu. Réalités Thérapeutiques 1994; 37:78-83