Les antiséborrhéiques

Les indications des antiséborrhéiques utilisés par voie générale, relèvent plus de l'expérience clinique subjective que des résultats de travaux scientifiques objectifs. On peut classer les traitements antiséborrhéiques en deux groupes : ceux à visée hormonale et ceux à visée non hormonale.

Les traitements à visée hormonale

Ils sont essentiellement indiqués chez la femme, compte-tenu de la plupart de leurs effets anti-androgènes. L'acétate de cyprotérone (AC) est l'anti-androgène le plus utilisé actuellement. Il peut être utilisé à fortes doses (ANDROCUR).

Le schéma le plus souvent utilisé en France associe l'AC à un oestrogène naturel 20j sur 28. L'AC peut être utilisé à faibles doses. Il s'agit de Diane 35, contenant 35 mg d'éthinyl oestradiol et 2mg d'AC. Les effets sont comparables aux associations oestro-progestatives de 3ème génération.

Les oestro-progestatifs de synthèse sont efficaces pour traiter l'hyperséborrhée à condition de sélectionner des associations à faible activité androgénique.

Le finastéride, inhibiteur spécifique de la 5 alpha-réductase est en cours d'expérimentation. La dissociation des effets selon les récepteurs (type 1 et 2) permet d'espérer un effet sur la séborrhée et la chute de cheveux sans effet antigonadotrope.

Les traitements non hormonaux.

L'acide 13 cis rétinoïque est à la frontière des traitements hormonaux et non hormonaux comme en attestent les études lui conférant une action inhibitrice sur la 5 alpha-réductase. Ses effets sur les glandes sébacées en font un excellent antiséborrhéique isolé.

Il est particulièrement indiqué chez l'homme en l'absence de traitement à visée hormonale. Chez la femme, du fait de la nécessité d'une contraception efficace, l'indication est très limitée, les oestroprogestatifs permettant à eux seuls d'obtenir un très bon effet thérapeutique.

La biotine a fait l'objet d'études en ouvert concluant à un effet antiséborrhéique. La vitamine B6 (ou pyridoxine) aurait aussi un effet antiséborrhéique, de même que le zinc qui aurait un effet plus hormonal que non hormonal, car il inhibe, in vitro, l'activité de la 5 alpha-réductase. Cependant, l'efficacité de ces molécules reste limitée.

Vexiau P. Que penser des antiséborrhéiques par voie générale ? Hair & Sciences 1996 ; 1 (2) : 2-3.